Des chercheurs américains ont découvert comment le tabagisme agit sur une variante génétique protectrice des artères et accroit ainsi le risque de maladie cardiovasculaire. Cette découverte pourrait à terme permettre de mettre au point de nouveaux traitements.

Les scientifiques ont en effet découvert que le tabagisme affaiblissait un gène protecteur des artères et présent dans l’ADN d’un grand nombre de personnes. Baptisé ADAMTS7, il réduit le niveau d’une enzyme impliquée dans l’athérosclérose, responsable des maladies coronariennes. Or, le fait de fumer annihile cette protection, affirment les scientifiques, qui ont analysé les données génétiques portant sur plus de 140 000 personnes provenant de 29 précédentes études.

« Notre découverte suggère que des traitements pour neutraliser cette enzyme pourraient être particulièrement bénéfiques pour les fumeurs et également pour toutes les personnes avec un risque accru de maladies cardiovasculaires », estime le Docteur Muredach Reilly, professeur de cardiologie à la faculté de médecine de l’Université Columbia à  New York, un des principaux auteurs de l’étude.

Cette hypothèse a été vérifiée lors de tests menés sur des souris, dans une étude séparée, et dont les conclusions laissent à penser que le risque cardiovasculaire pourrait être minimisé© en bloquant la production de la fameuse enzyme. Les chercheurs ont également soumis, en laboratoire, des cellules formant la paroi des artères à un extrait liquide de fumée de cigarette. Bilan : en réaction, ces cellules ont plus que doublée la production d’ADAMTS7.

Source RT Flash