Une étude de l’Université américaine de Yale confirme qu’une simple marche quotidienne et d’autres activités physiques modérées du même type vont apporter aux personnes âgées non seulement un moyen simple d’entretenir leur mobilité et leur autonomie, mais aussi de se remettre plus rapidement d’une chute ou d’un handicap.

Cet essai a comparé les effets d’un programme d’activité physique à ceux d’un programme d’éducation à la santé chez plus de 1.600 adultes âgés de 70 à 89 ans suivis durant 3 ans et demi. Les participants, pas totalement inactifs, étaient majoritairement sédentaires et présentaient des limites physiques.

Le programme d’activités se composait principalement de marche, d’exercices de force, de souplesse et d’équilibre. Les participants ont régulièrement été évalués pour la mobilité. L’analyse constate que, par rapport au programme d’éducation à la santé, le programme d’activité physique réduit le temps total passé avec déficience de mobilité de 25 %. Le risque de handicap est également réduit et, en cas de chute, le temps de récupération est plus rapide.

L’étude renforce la preuve de l’efficacité de l’activité physique à promouvoir et maintenir la mobilité et l’autonomie, chez le patient âgé. Le tout dans un contexte de vieillissement de la population et d’une prévalence croissante de la vulnérabilité liée à l’âge. Enfin, la pratique d’un exercice d’intensité modérée est peut-être, soulignent les auteurs, ce qui peut faire la différence, au fil du temps, entre les états d’autonomie et de mobilité et ceux de dépendance et d’invalidité.

Source RT Flash