Pour rester en forme, l’OMS, recommande de pratiquer au moins 150 minutes par semaine d’activité physique modérée à vigoureuse pendant des périodes de 10 minutes ou plus. Mais ce modèle n’est pas toujours facile à observer par les personnes âgées.

Heureusement, une étude anglaise publiée dans le Journal Britannique de la Médecine Sportive vient de montrer que, pour les seniors, c’est bien le volume global d’activité qui est le plus important, et pas la fréquence ou l’intensité des exercices. Ainsi, il n’est pas nécessaire, en particulier à l’âge avancé, de pratiquer l’exercice sur des séances de 10 minutes ou plus, voire de 30 minutes par jour, comme le stipulent les recommandations.

L’étude montre en effet qu’une simple pratique de quelques minutes d’exercices modérés est déjà associée à une forte réduction du risque de décès chez les hommes âgés. L’important, selon ces recherches, serait en fait d’arriver à cumuler au moins 2 h 30 d’activités physiques hebdomadaires.

Pour démontrer leur théorie, les chercheurs ont analysé les données de 7.735 participants à la British Regional Heart Study et âgés de 40 à 59 ans, au départ de l’étude, dans les années 1978-80. En 2010-2012, soit 30 années plus tard, les 3.137 participants survivants ont été invités à subir un examen médical comprenant un examen physique, des questions sur leur mode de vie, leur sommeil et l’existence d’un diagnostic de maladie cardiaque.

Ces recherches très rigoureuses montrent que chaque tranche de 30 minutes supplémentaires d’activité quotidienne, même de faible intensité, est associée à une réduction de 17 % du risque de décès. Cette association persiste même après la prise en compte des facteurs de mode de vie dont le temps de sédentarité.

Source RT Flash