Selon une récente étude américaine, les femmes qui ont eu une alimentation inflammatoire (viande rouge, sodas, produits sucrés ou à base de farine raffinée) pendant leur adolescence ont un risque plus élevé de 35 % de développer un cancer du sein précoce par rapport à celles qui ont privilégié des aliments plus sains (salades et céréales complètes).

En 1997, les participantes ont répondu à un questionnaire sur leur alimentation durant leur jeunesse. Les chercheurs ont écarté les résultats de toutes les personnes dont les souvenirs étaient évasifs. Au total, les réponses de 45.000 femmes ont été conservées. Parmi elles, 1.477 ont développé un cancer du sein au cours des 22 années suivantes, dont 870 à la pré-ménopause. Cette recherche démontre que la manière de s’alimenter durant les premières années de sa vie peut avoir des répercussions des décennies plus tard sur sa santé.

Source RT Flash