En termes d’apports nutritionnels, les pois, lentilles et autres haricots présentent de nombreux bienfaits. Malheureusement, les légumineuses restent très peu consommées par les Français, à peine plus d’un kilo et demi par an. Pour augmenter la part des protéines végétales dans l’alimentation, des chercheurs de l’INRA innovent en créant des pâtes aux légumineuses.
Les scientifiques de l’INRA rappellent à juste titre que les Français gagneraient à manger plus de légumineuses. À l’heure actuelle, ils n’en consommeraient environ qu’un peu plus de 1,5 kilo par an et par personne contre 7 kilos en 1920. Une pratique dommageable alors qu’il est recommandé d’augmenter la part de protéines végétales dans notre alimentation. En observant certains régimes alimentaires, notamment les diètes méditerranéennes, qui accordent une bonne place aux légumineuses dans l’assiette, on constate en effet que ces aliments, riches en protéines végétales et en acides aminés, ont des effets protecteurs contre de nombreuses pathologies, cancers, maladies cardio-vasculaires, diabète…
C’est pourquoi Valérie Micard, professeure à Montpellier SupAgro et chercheuse à l’INRA, a tenté d’intégrer des légumineuses à un aliment apprécié du plus grand nombre : les pâtes. « Nous menons des travaux sur ce produit car il est mangé par tous, et que les pâtes sont consommées dans de plus en plus de pays. L’intérêt des pâtes enrichies aux légumineuses est d’augmenter la part de protéines végétales dans l’alimentation, mais aussi d’équilibrer les acides aminés essentiels » affirme-t-elle. Concrètement, il s’agit de tenter d’associer à du blé dur des lentilles vertes ou corail, des fèves, des pois chiches ou encore des pois cassés pour former cet aliment.
L’INRA rappelle par ailleurs qu’il est recommandé qu’au moins la moitié des protéines composant un régime soit d’origine végétale. Or aujourd’hui, 60 % des protéines consommées sont d’origine animale.

Source RT Flash