Selon une étude réalisée par des chercheurs allemands de l’Université technique de Dresde, les composés naturels trouvés dans les pommes pourraient stimuler la neurogénèse, c’est-à-dire la production de nouvelles cellules cérébrales.

Les phytonutriments étudiés sont la quercétine et l’acide dihydroxybézoïque (DHA). Ces substances sont également présentes dans les raisins rouges ou encore dans le thé vert. En ajoutant ces deux substances à des cellules souches cultivées en laboratoire à partir de cerveaux de souris adultes, les chercheurs ont observé que les cerveaux de ces souris sont également mieux protégés de la mort cellulaire.

D’autres tests menés sur des souris ont révélé que dans des structures distinctes du cerveau adulte associées à l’apprentissage et à la mémoire, les cellules souches se multiplient et génèrent plus de neurones lorsque les souris ont reçu de fortes doses de quercétine ou de DHA. Les effets sur la neurogenèse sont comparables à ceux observés après l’exercice physique.

La quercétine est l’un des flavonoïdes les plus répandus dans le règne végétal. Des études épidémiologiques ont suggéré que les personnes ayant les plus forts apports alimentaires en quercétine ont un risque réduit de développer certaines maladies comme l’asthme, le diabète de type 2, certaines maladies cardiaques et certains cancers (poumon, prostate, colorectal, pancréas…). C’est également un antihistaminique naturel et ses vertus antiallergiques calment les emballements du système immunitaire et apaisent les symptômes de la rhinite et de la conjonctivite allergique.

L’étude conclut que les composés naturels de ce fruit, tels que la quercétine, la DHA et potentiellement d’autres, peuvent agir en synergie pour promouvoir la neurogenèse et la fonction cérébrale lorsqu’ils sont administrés à des concentrations élevées.

Source RT Flash