Des chercheurs de la Mount Sinai School of Medicine (New York) ont confirmé l’efficacité d’une nouvelle thérapie par anticorps monoclonal entièrement humain dans le traitement de l’hypercholestérolémie. L’analyse présentée lors de la dernière Réunion scientifique de l’American Heart Association, montre que le médicament expérimental evinacumab permet de réduire de 50 % les niveaux de cholestérol LDL (ou « mauvais » cholestérol) chez des patients atteints d’hypercholestérolémie sévère résistant aux traitements standards.

L’hypercholestérolémie sévère est « un mal des pays riches » avec une prévalence qui dépasse les 7 % en population générale. L’hypercholestérolémie familiale est présente chez 1 personne sur 313, mais est beaucoup plus fréquente (1 personne sur 15) chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire à début précoce.

L’American Heart Association recommande un objectif de cholestérol LDL inférieur à ou égal à 70 mg par décilitre chez les patients présentant un risque très élevé de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse, et des cibles plus agressives ont été établies par la Société européenne de cardiologie avec une cible de cholestérol LDL à 55 mg / dL ou moins. Ces objectifs restent difficiles à atteindre pour de nombreux patients atteints d’hypercholestérolémie.

L’évinacumab est un anticorps monoclonal entièrement humain qui fonctionne selon un mécanisme différent de celui des médicaments existants et qui permet ainsi, démontre cet essai, de ramener un taux de cholestérol dangereusement élevé à des niveaux normaux lorsqu’il est associé à des traitements hypolipidémiants tolérés, chez des patients atteints d’hypercholestérolémie familiale, une maladie héréditaire courante difficile à traiter.

L’essai a évalué l’innocuité et l’efficacité de l’évinacumab et conclut que le médicament permet de réduire de moitié le cholestérol LDL chez ces patients incapables d’atteindre les recommandations cibles avec les traitements hypolipidémiants standards. Précisément, l’essai mené auprès de 272 patients atteints d’hypercholestérolémie primaire montre que l’administration sous-cutanée de 450 mg par semaine de l’évinacumab entraîne une baisse du cholestérol LDL de 56 % et de 52,9 % à 300 mg par semaine vs placebo. Une administration intraveineuse mensuelle d’évinacumab à 15 mg / kg, induit une réduction du cholestérol LDL de 50,5 % vs placebo. Tous les patients recevant de l’évinacumab suivaient également des traitements hypolipidémiants de base.

L’auteur principal, le Docteur Robert Rosenson, professeur de cardiologie, précise : « L’évinacumab est un anticorps monoclonal entièrement humain qui inhibe l’angiopoïétine comme la protéine 3 et abaisse le cholestérol LDL par une voie indépendante des récepteurs LDL. Des études génétiques ont montré que les personnes qui manquent ou ont de faibles taux d’ANGPTL3 ont, à vie, des taux de cholestérol LDL faibles et souffrent rarement de maladie cardiovasculaire athéroscléreuse ».

Source RT Flash