Les chercheurs finlandais de l’University of Eastern Finland et de l’University of Jyväskylä ont suivi l’évolution dans l’apprentissage de la lecture, de la première à la troisième primaire, de 161 enfants âgés de 6 à 8 ans. Afin de mesurer la qualité de leur alimentation, ils se sont basés sur deux grilles d’analyse : le Baltic Sea Diet Score et le Finnish Children Healthy Eating Index.

Ces deux scores se basent d’une part sur la richesse en légumes, fruits, baies, poissons, céréales complètes, produits laitiers peu gras et huile végétale pour obtenir des scores élevés, et d’autre part, sur la présence moindre de viande rouge et charcuteries, produits sucrés et/ou riches en graisses saturées, pour délivrer des scores bas. Les aptitudes à lire étaient évaluées sur la base de tests standards en la matière.

Les résultats montrent qu’une alimentation de qualité est associée à une plus grande fluidité de lecture (+4 points en moyenne, soit 10 à 20 % des scores totaux) et à de meilleurs scores de compréhension à la lecture (1.3 à 1.9 points soit 14 à 38 % des scores totaux) lorsque les enfants grandissent, en comparaison d’une alimentation de piètre qualité.

Ces meilleurs résultats sont indépendants du niveau de lecture observé en première année et de plusieurs facteurs confondants (statut socio-économique, activité physique, adiposité et forme physique). Cette étude est une nouvelle démonstration de l’importance de la place de l’alimentation dans les capacités d’apprentissage et les performances scolaires chez l’enfant.

Source RT Flash